Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Accueil

Bienvenue sur le blog de l'association

SOS Chats de l'Hôpital de Perpignan

Depuis 2007, notre association trappe, stérilise, soigne, socialise et fait adopter les chats de l'Hôpital de Perpignan.

Dans ces pages, nous vous faisons partager le quotidien de nos chats, nous vous informons des différentes actions de l'association au jour le jour, pour vous donner envie de les aider et de les sauver, ensemble.

Pour plus de détails, consultez les pages "Nous contacter / Bienvenue" , "Présentation" et "Nous Soutenir"

.

Pour rester informés de la parution de nouveaux articles, pensez à vous abonner.

Bonne visite.  

Un grand merci pour votre soutien et pour vos commentaires !

Rechercher

Pages à consulter

/ / /

 

 

  Télécharger notre bulletin de parrainage (ou bien en Pdf)

 

 

Beaucoup de personnes, fidèles à notre action mais distantes géographiquement, nous font part de leur frustration de ne pas pouvoir faire plus que de nous soutenir financièrement ou moralement. Même si ces aides nous sont indispensables nous comprenons bien cette frustration, nous la ressentons nous-même pour d'autres actions menées loin de notre région.

 

Même si nous nous appliquons pour vous rendre le plus fidèlement possible la réalité du terrain, il est difficile de vous retranscrire ce que l'on peut ressentir sur place, ces émotions et ces rencontres moteurs de notre action.
 

Ce sont pour ces raisons, pour vous faire venir sur place même virtuellement, que nous avons imaginé les parrainages des chats sur site.
 

Pour mieux expliquer en quoi consiste ces parrainages nous ferons appel aux si usités et parfois désuets textes du pourtant incontournable St Exupéry et de son petit prince...
 

Dans ce passage le renard explique ce que signifie apprivoiser...

 

 

"- C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie "Créer des liens…"
- Créer des liens ?
- Bien sûr, dit le renard. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n'ai pas besoin de toi. Et tu n'a pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde…
- Je commence à comprendre, dit le petit prince. Il y a une fleur… je crois qu'elle m'a apprivoisé…
- Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde. Tu reviendras me dire adieu, et je te ferai cadeau d'un secret.

 

Le petit prince s'en fut revoir les roses.
- Vous n'êtes pas du tout semblables à ma rose, vous n'êtes rien encore, leur dit-il. Personne ne vous a apprivoisé et vous n'avez apprivoisé personne. Vous êtes comme était mon renard. Ce n'était qu'un renard semblable à cent mille autres. Mais j'en ai fait mon ami, et il est maintenant unique au monde.

 

Et les roses étaient gênées.
-Vous êtes belles mais vous êtes vides, leur dit-il encore. On ne peut pas mourir pour vous. Bien sûr, ma rose à moi, un passant ordinaire croirait qu'elle vous ressemble. Mais à elle seule elle est plus importante que vous toutes, puisque c'est elle que j'ai arrosée. Puisque c'est elle que j'ai abritée par le paravent. Puisque c'est elle dont j'ai tué les chenilles (sauf les deux ou trois pour les papillons). Puisque c'est elle que j'ai écoutée se plaindre, ou se vanter, ou même quelquefois se taire. Puisque c'est ma rose.

 

Et il revint vers le renard :
- Adieu, dit-il…
- Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux.
- L'essentiel est invisible pour les yeux, répéta le petit prince, afin de se souvenir.
- C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.
- C'est le temps que j'ai perdu pour ma rose… fit le petit prince, afin de se souvenir.
- Les hommes ont oublié cette vérité, dit le renard. Mais tu ne dois pas l'oublier. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. Tu es responsable de ta rose…
- Je suis responsable de ma rose… répéta le petit prince, afin de se souvenir.
"

 

Nous en avons perdu du temps pour essayer d'attraper Plume mais nous n'en avons pas perdu assez, si nous avions sû qu'elle disparaîtrait nous aurions essayé une fois de plus, cent fois de plus. Mais il y avait d'autres chats à sauver et si peu de temps...Et puis, nous avons essayé uniquement quand il y avait une place de libre pour elle ; s'il y avait eu quelqu'un pour l'attendre en permanence...

 

 

Bien sûr, nous aimerions tous les sortir de là, sans distinction mais il faut avouer que nous avons toutes été accrochées un jour par un regard en particulier, Syllha, Camille, St Jean... Ce sont ces coups de coeur qui nous donnent un peu plus envie de continuer, qui nous rendent encore plus insupportable l'idée qu'ils puissent disparaître ou souffrir. Nous oeuvrons pour tous les chats mais évidemment chacune ou chacun de nous s'attarde avec certains.

 

 

Pour eux on se lèvera un peu plus tôt, on partira un peu plus tard, on mettra dans le cadie quelques sheba, on se démènera un peu plus pour lui trouver une place. Il est difficile de faire cela pour tous, c'est pour cette raison que nous aimerions que tous aient une marraine ou un parrain qui se bagarrera pour son filleul et lui apportera une aide particulière.

 

Il ne s'agit donc pas forcément d'un don financier.
Ça peut être des dons en nature comme des bonnes croquettes, des barquettes de douceurs, des vermifuges ou antipuces par voie orale... Tout ce qui peut améliorer la vie du chat choisi tant qu'il vit encore à l'Hôptal. Ça peut aussi être une caisse de transport, une cage de socialisation, des couvertures, des jouets, une fois que le chat sera trappé...

 

Mais surtout ce que nous espérons de ces parrainages, c'est que le parrain ou la marraine cherche des solutions pour son filleul en diffusant, en essayant de trouver une famille d'accueil ou mieux un adoptant.
 

Nous ne pouvons trapper des chats que si nous avons une place et c'est si difficile d'avoir des familles patientes qui comprennent la spécificté des chats de l'hôpital. Des personnes qui prendront le temps qu'il faut.
 

Si chaque lecteur se mobilisait pour "son" chat et lui trouvait la perle rare, nous pourrions trapper sans distinction étant sûres qu'il y aura quelqu'un pour nous épauler...

À l'exemple d'une lectrice dont Faramir avait accroché le coeur : elle s'était démenée pour lui trouver une famille d'accueil à distance. Le beau Fafa lui doit de ne pas avoir été relâché il lui doit peut-être sa vie, ce n'est pas rien ! En cette rentrée les choses s'accélèrent, nous avons besoin de votre aide, alors si chacun avait son "chatchou" à défendre nous irions plus vite.

 

 


Nous nous engageons à envoyer à chaque parrain et marraine des photos de son filleul et d'amener à ce dernier, personnellement, les éventuelles gâteries...

 

 

Publié par